Archives du jour : 4 janvier 2018


Avant toute chose, nous voulions remercier tous nos lecteurs et les amis de Takriz qui ont contribué anonymes ou pas au site. Nous leur souhaitons une très bonne année en espérant que le « takriz » diminuera, surtout chez les jeunes tunisiens.   C’est ainsi que nous avions commencé notre édito en décembre 2002, ainsi que nous l’avions commencé en décembre 2009… Nous voilà aujourd’hui en 2018, 20 ans se sont écoulés depuis que TAKRIZ a jeté sur la société, la politique et le net tunisien son premier pavé. Nous sommes en 2018, et le TYREX du net tunisien s’est une fois de plus réveillé sous les coups répétés de l’injustice et de l’oppression. Durant ces 20 années, nous avons vécu, tour à tour, 10 années de censures, 3 années de lutte acharnée qui ont mené vers le départ de Ben Ali, et vers ces 7 dernières années de désillusion. Dans une Tunisie, restée au temps du jurassique, nous avons connu la prison, la torture, l’espoir d’une Révolution aujourd’hui volée et d’un rêve de liberté confisqué par les dinosaures édentés de la politique. Mais nous nous réveillions pour crier notre étouffement ! En écrivant ces mots, j’ai une pensée pour mon compagnon de route, Foetus, qui, d’où il est, veille :  » Le Tyrex est de nouveau lâché, plus rien ne vas l’arrêter, tu verras, tu seras fier de nous ! Ceux de 98 sont là aussi, y’a Ptyx  et Corsai!re qui reprennent le navire. » J’ai également une pensée pour toi Zou. Oui, je sais, les tunisiens aiment à t’appeler « Ettounsi », mais pour moi, tu resteras « ZOU » à jamais. Paix à ton âme l’ami Zouhair, si TAKRIZ est encore vivant, c’est aussi pour toi, pour qu’à jamais tu restes ancré dans la mémoire des internautes, et dans le coeur des tiens. En écrivant ces mots, mes pensées s’envolent vers tant de choses: colère, tristesse, envie et rage…tout se bouscule. Je n’y arrive pas, c’est trop d’émotions pour moi. Alors je dirai juste : A Vous  A ceux qui sont morts A ceux qui veulent vivre A ceux qui espèrent A ceux qui crèvent A ceux qui rêvent     Waterman

Édito 20 ans


  Dans les coulisses d’un sortie en salle de Vent du Nord ,prévue pour le 10 janvier en Tunisie et le 28 mars en France, Walid Mattar,  se confie à TAKRIZ magazine. Entre ses débuts et les problématiques qui lui tiennent à cœur, Walid Mattar est revenu sur certains événements qui ont pu secouer l’actualité post 14 janvier dans le monde du cinéma, et sur la liberté acquise des scénaristes et réalisateurs grâce à une Révolution qui se veut à la fois politique et numérique.          Vous êtes tombé dans le cinéma comme Obelix, quand vous étiez petit. Dès 1993, vous adhériez à la fédération tunisienne des cinéastes amateurs. Qu’est ce qui vous a poussé vers cette voie  ? Disons que ce fût un pur hasard. J’avais 13 ans, et lorsque que l’on n’aime ni les cafés ni le rami, il n’y a pas grand chose à faire sur Hammam Ilf. Au collège et je suis tombé sur une affiche, accrochée par Kamel Staali alors membre de la F.T.C.A. du club  Hammam Ilf , et qui proposait un stage photo. J’ai foncé tête baissée pour rompre avec l’ennui dans lequel j’étais confiné. Après ce stage, nous avons eu une formation cinéma, puis nous avons réalisé quelques films collectifs. En parallèle, j’ai effectué un master en productique, pensant en faire ma carrière et lassant le cinéma une place de hobby, de passion. J’ai travaillé un an comme ingénieur, mais j’ai très vite compris que cela n’était pas possible. Après le Cuirassé Abdelkrim, je suis partie en France pour parfaire mon expérience pratique d’une licence en art du spectacle : j’ai appris sur le tas et j’éprouvais le besoin d’approfondir mes connaissances artistiques en histoire du Cinéma, en analyses de films… Depuis je n’ai jamais quitté cette passion dévorante. J’ai enchainé les boulots alimentaires et la réalisation de documentaires, de court-métrages pour en arriver aujourd’hui à mon premier long métrage  Vent du Nord. Vos films sont les photographies d’une société en lutte contre le système en place.  Est ce que Hervé, perdant son travail après la délocalisation de son usine en Tunisie, les jeunes du Cuirassé Abdelkrim, ou le héros de Baba Noël, migrant économique contraint d’accepter les impératifs d’un marché du travail (parallèle), sont une seule et même personne ? Même si il n’y a pas de thème récurrents dans mes films, il est vrai que les protagonistes sont souvent des personnes issues du bas de l’échelle sociale. Ce sont des gens qui luttent contre l’injustice, une lutte pour la survie, des personnes qui se battent contre un système absurde. Ce système, puissant, rogne les libertés pourtant fondamentales de chacun. La liberté de travailler, c’est le cas d’Hervé dans Vent du Nord, la liberté de se déplacer, inscrite dans la déclaration universelle des droits l’Homme dans le Cuirassé Abdelkrim, la liberté de rendre heureux ses enfants dans Offrande. La liberté de vivre dignement, tout simplement. Vous avez exercé, en tant que scénariste et réalisateur, avant et après 2011, avez […]

Un vent du Nord souffle sur Takriz : entretien avec ...