La Révolution, toujours vivante, Pierre Puchot


Journaliste pour médiapart et La Croix, spécialiste du Maghreb et du Moyen Orient, Pierre Puchot est également écrivain. Nous lui devons de nombreux ouvrages sur la révolution Tunisienne, entre autre La Révolution confisquée et Tunisie, une révolution arabe.

Dix ans ont passé depuis le révolte de Gafsa et du bassin minier de Redeyef, évènement considérable, annonciateur de la révolution qui allait emporter le pays trois années plus tard. Au printemps 2008, je me vois encore rédigeant un premier article sur la Tunisie pour Mediapart. Ce média, qui venait tout juste de naître, fut interdit en Tunisie dès le lendemain de la publication de ce papier -titré : « La Tunisie, nouveau nid de l’Islam radical ? ». J’y pointais les méthodes d’intimidation et de mystification de l’opinion publique internationale propre à la dictature tunisienne et posait la question de son rôle dans l’essor du mouvement jihadiste local. La répression était alors totale. Personne ne croyait encore la chute de Ben Ali possible. L’horizon paraissait immuable, les Tunisiens n’étaient pas prêts pour la démocratie, lisais-je régulièrement dans les commentaires laissé par les internautes. Comme ceux du Monde diplomatique et d’autre médias indépendants, mes articles critiques envers le régime tunisien étaient alors traduits et diffusés à l’aide de proxi par les gens de Nawaat ou de Takriz. Un autre temps, une même culture de résistance.

Dix années ont passées, mais en Tunisie, cette culture n’a pas disparue. Certes, les souvenirs joyeux du printemps 2011 paraissent aujourd’hui bien loin. Après avoir célébré la révolution puis le vote de la constitution en 2014, l’enthousiasme international s’est peu à peu évanoui, anesthésié par la politique inerte de deux partis trop occupés à ménager une coexistence tactique, un consensus bâti sur mesure pour se maintenir à la tête de l’Etat et empêcher qu’émerge une alternative solide. Deux partis au pouvoir qui ont à la fois mis en péril la justice transitionnelle nécessaire à l’examen de cinquante années de dictature, et enterré le plan de développement économique régional qui manque à la Tunisie depuis l’indépendance. Le résultat de cette politique était écrit d’avance : En cet hiver 2018 se multiplient dans les médias internationaux les témoignages de désespoir d’une part importante de la jeunesse tunisienne, et sa volonté affirmée de s’en prendre à un « système » que ni Ennahda ni Nida Tounes n’ont souhaité attaquer de front, et qu’ils incarne désormais. Un « système » qui, comme au temps de la dictature, ne prend pas la jeunesse tunisienne en considération. La révolution, dont ils ont pourtant été les premiers promoteurs, n’est tout simplement pas arrivée jusqu’à eux, nous disent ces Tunisiens. Leur horizon semble, hélas, toujours immuable, et leur désir d’évasion, toujours aussi grand.

Les ressorts de la révolution sont pourtant toujours là. La société civile tunisienne est aujourd’hui bien plus forte qu’il y a dix ans. Mieux structurée autour d’ONG efficaces, telle Bawsala, qui lutte pour plus de transparence au sein de l’Assemblée, elle est l’aiguillon d’un champ politique incapable pour l’heure de répondre aux aspirations des Tunisiens. En Tunisie, aujourd’hui comme il y a dix ans, c’est bien la société qui incarne l’avant-garde. Sa mobilisation ne peut être ignorée par un pouvoir qui se sait de plus en plus faible. La période d’ici aux prochaines élections municipales sera à nouveau l’occasion de l’observer. Incapable de se hisser au niveau des idéaux de transformation sociale portés par la révolution tunisienne, l’élite actuelle, héritée pour partie de la dictature, doit maintenant passer la main et cesser d’étouffer le (lent) processus de renouvellement politique.

« Don’t wait to strike till the iron is hot, écrivait le poète Willam Butler Yeats, but make it hot by striking. » La révolution est processus long. Souhaitons que la Tunisie se débarrasse bientôt de se pseudo-consensus pour surmonter au moins deux de ses maux post-révolutionnaires, la permanence de l’État profond et celle d’une élite incapable de renouveler les usages et l’horizon politique et social des Tunisiens.