A quoi joue la Banque Centrale ?


Février 2018, suite à la sanction européenne plaçant la Tunisie dans la liste noire des pays exposés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, Chédly Ayari, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) s’est vu gentillement limogé, histoire de calmer un peu les esprits. En Tunisie s’en est ainsi, solidarité oblige, on vole en bande mais on ne tombe qu’en solo. Voici que pointe le bout de son nez Marouane Abbassi, petit chouchou maghrébin de la banque mondiale, alors que Hakim Ben Hammouda, préssenti pour le poste, pleure toutes les larmes de son corps.  Allez, c’est parti, au boulot Marouane, et au pas de course s’il te plait, car il te faut appliquer à la lettre la lettre de recommandation du FMI sinon Christine va se fâcher !

Et c’est parti : le 5 mars , le taux d’intérêt directeur de BCT passe de 5 à 5,75 %, et le 13 juin, lors de sa réunion périodique, le conseil d’administration de la BCT le révise à la hausse de 100 point de base, passant de 5,75 à 6,75 %, et cela pourquoi ? pour limiter l’inflation….du moins parait-il.

Depuis, tout a été dit, tout et son contraire, car tout le monde s’est vu expert. Mais commençons par le commencement :

Les Banques Centrales ont deux taux principaux :

Un taux d’intérêt auquel la banque centrale prête des fonds aux banques commerciales.

Un taux de dépôt qui « rémunère » les dépôts des banques commerciales auprès de la banque centrale. Ces dépôts sont typiquement les réserves obligatoires, à savoir une partie des dépôts des clients des banques commerciales que ces dernières doivent déposer à la banque centrale (encore faut-il que ce soit le cas).

Augmenter le taux d’intérêt tel que ça a été fait aura deux impacts dans un pays comme la Tunisie dont l’économie informelle est énorme :  Le premier impact est l’augmentation de l’inflation alors qu’on prétend vouloir la limiter. Le second impact est la baisse de l’investissement.

Mais alors que faire ?

TAKRIZ a posé la question à  Montacer Ben Cheikh, docteur es sciences économiques et maître de conférence

« La solution est simple. La banque centrale aurait pu augmenter le taux des réserves obligatoires limitant ainsi la capacité des banques commerciales à accorder des crédits et à augmenter l’offre monétaire. En limitant l’offre monétaire, on baisse nécessairement les prix à la consommation ! Ensuite, la banque centrale aurait pu baisser son taux de dépôt. La BCT peut fixer un taux de dépôt négatif comme c’est le cas de la Banque Centrale Européenne par exemple dont le taux de dépôt est de -0.4%. Ainsi, la banque centrale ne rémunère plus les banques commerciales sur leurs dépôts, mais prélève des droits de garde »

Mais augmenter les réserves obligatoires, n’est-ce pas créer une pénurie de liquidités  ?

« Augmenter le taux des réserves obligatoires revient à transférer des liquidités des banques commerciales vers la Banque Centrale. Les liquidités ne vont pas disparaître du circuit économique dans ce cas. Les liquidités ne disparaissent essentiellement que lorsqu’elles tombent entre les mains des contrebandiers. Mais quand elles circulent entre les banques, elles ne s’évaporent pas. »

 

 

Le problème c’est que l’Etat refuse de limiter l’offre monétaire, car si il le faisait, il ne parviendrait plus à refinancer sa dette par les bons du trésor assimilables (BTA). Car c’est bien le pouvoir en place et sa gestion catastrophique du pays qui crée l’inflation !

La rédaction