Janvier 2019, une pénurie annoncée de médecins


Alors que les autorités ont feint de ne pas pouvoir anticiper les catastrophes naturelles, laissant les tunisiens livrés à eux-mêmes, qu’en est-il de la catastrophe organisationnelle et sanitaire qui se prépare au sein des hôpitaux tunisiens pour janvier 2019 ?

Dessin de Richard Nagy

En effet, suite à une décision unilatérale des autorités, qui réforment uniquement pour reformer sans évaluation des risques, le premier stage d’internat concernant les étudiants en médecine, s’est vu prolongé de deux mois en mai-juin 2018. Ce report a un effet boule de neige, puisque ces internes qui devaient effectuer leur résidanat en janvier 2019,  ne le feront qu’en mars, voire juillet pour certains.

Dans les zones dites prioritaires qui manquent de Seniors, ce sont ces résidents en médecines qui assurent la majeure partie du travail,  supervisés par leurs Chef. Certains services, comme les services anesthésie-réanimation de Kairouan dont dépendent les blocs des deux hôpitaux de Kairouan, ne doivent leur survie qu’aux résidents.

En janvier, qui va assurer ce service puisque les hôpitaux vont se voir amputer de plus de 600 résidents, toutes spécialités confondues ? Nous ne pensons pas que le chauffeur d’Imed Hammami va pouvoir assurer à lui seul le remplacement de plus de 20% des effectifs soignants.

Après un courrier, envoyé au bureau national des collèges de spécialités, et resté sans réponse, l’Organisation Tunisienne des Jeunes Médecins a tiré le signal d’alarme à travers un communiqué officiel daté du 26 septembre.

Nos ministres, qui se soignent à l’étranger, en ont fait fi.

Que leur importe que des services hospitaliers soient contraints de fermer faute de personnel, que leur importe que les citoyens n’aient plus accès aux soins ni aux médicaments, l’important pour eux, c’est de s’en mettre plein les poches…..de sang sur les mains.

 

La rédaction