Demain sera présentée à l’ARP la loi contre la discrimination raciale


Alors que les agressions envers les personnes d’origines subsahariennes se multiplient en Tunisie, que les femmes issues de ces mêmes régions se retrouvent privées de leur passeport et contraintes à effectuer des ménages ou à se prostituer,  et que les facultés publiques affichent des tarifs exorbitants pour les étudiants étrangers,  la loi criminalisant le racisme  va être présentée demain en séance plénière  à l’ARP.  Selon Naoufel Jammali,  « les peines varieront entre 6 mois et un an de prison et seront accompagnées d’amendes allant de 500 à 1000 dinars. Des peines de 3 ans de prison et de lourdes amendes ont également été prévues pour les crimes graves » , ajoutant « il y a maintenant une reconnaissance qu’en Tunisie, il y a un problème de racisme ». 

Face à ce problème, des voix se sont levées, et des artistes tels que Slah Mosbah ou  Anis Chouchène ont appelé à ce que cesse ce racisme qu’un  déni collectif tente de minimiser. Dans un pays où des mots comme « ka7louch » ou « oussif » sont employés par tous,  les élus n’ont jamais été pressés de lutter contre les préjugés raciaux. Pourtant la population noire représente le dixième de la population tunisienne et même le quart dans certaines régions du sud.

Si la toile s’embrase à chaque fait divers,  le projet de loi quant à lui est passé complètement inaperçu auprès de l’opinion publique et de la société civile, hormis les quelques militants des droits de l’hommes tel que Minority Rights group International dont le représentant à Tunis s’est entretenu avec nous :

قانون مناهضة العنصرية هو  ثمرة مجهودات و تحركات و احتجاجات الجمعيات المدنية المناهضة للتمييز العنصري و التي كانت قوة احتجاجية للمطالبة بتجريم الأعمال و الممارسات العنصرية و  بتعزيز مشروع عيش مشترك نحو إعادة الأمل و عدم المس من الكرامة الإنسانية للضحايا العنصرية و باستنكار كل مظاهر العنصرية الممنهجة و الغير ممنهجة من الأفراد المجتمع و من دولة.
9 أكتوبر 2108 هو اعتراف من الدولة على معاناة فئة من المجتمع.. اعتراف بتهميش فئة من المجتمع.. اعتراف بعدم تكفئ في الفرص.. هو اعتراف بحق انسان طل اقصاءه.
هذا القانون هو مشرع انسان للذوي البشرة السوداء.

La Rédaction,

avec une pensée particulière aux « bidoun » d’Arabie Saoudite