Archives du jour : 30 octobre 2018


Quelques heures après l’attentat qui a secoué le centre ville de Tunis, un appel sur les réseaux sociaux  invitait les artistes à envahir l’avenue Habib Bourguiba, comme pour montrer que la vie continuait et que jamais la terreur, tant souhaitée, ne s’installerait sur ce qui fût, un certain 14 janvier, l’avenue d’un peuple épris de Liberté. Loin du discours défaitiste et fataliste du Chef de l’Etat qui martèlera son impuissance face un un terrorisme qui, il l’espère, ne fera pas disparaître la Tunisie, la jeune plasticienne Nadya Zarrougui répond à l’appel et organise un événement devant le théâtre municipal le 30 octobre à 18h, y conviant artistes et âmes libres au cri de  « FAITES LA RUE ! »   « Parce que tous les événements ont été récupérés par les politiciens, place aux libres !  Les bombes sont faites pour tagguer sur les murs le cri de notre Liberté et non pour semer la mort et la terreur.  Les artistes sont les seuls qui peuvent lutter contre l’obscurantisme ! A coup de pinceau, à coup de mots ! A pas de danse combattre les pas de bottes ! Occupez les rues, occupez Habib Bourguiba demain. Chantez, dansez, riez : vivez comme vous l’avez toujours fait : VIVEZ LIBRES ! Venez avec vos notes, vos mots et vos couleurs !  Mais venez ! »  Il n’en fallait pas plus pour que plus de 1000 artistes répondent présents à cette appel du coeur qui veut battre et se battre contre l’obscurantisme. Appelée à déclamer des poèmes d’Aimé Césaire, Saadia Mosbah, icône de la lutte contre le racisme en Tunisie, répond immédiatement présent :  « Je crierai son prénom mille et une fois… Aimé… Aimez… Aimer et je conjuguerai le verbe à tous les temps… et j’y ajouterai un autre temps … L’infini… » nous dit-elle, déterminée.  Alors que l’ensemble des commerces de l’avenue Habib Bourguiba ferment, la Librairie el Kitab décide de rester ouverte « nos portes resteront toujours ouvertes malgré tout, nous ne nous laissons pas faire facilement. Stand up for tunisia » . Un symbole de résistance dans cette lutte continue de la raison contre la folie meurtrière, ou le désespoir, qui pousse l’Homme à vouloir tuer d’autres Hommes.  La Résistance par l’Art, pour faire exploser les consciences comme l’a symbolisé l’artiste Mounir Fatmi avec son oeuvre représentant une jeune femme portant une ceinture de livres, prête à faire sauter les carcans culturels dans lesquels on voudrait nous enfermer.  « A l’image de la Tunisie, les JCC, lieu de liberté et de résistance ne plieront pas devant les porteurs de projets obscurantistes et fidèles à leurs convictions continueront à clamer haut et fort que seule la culture est un rempart infranchissable contre l’ignorance et les entreprises mortifères.  Le terrorisme aujourd’hui est un phénomène global et malheureusement personne n’est à l’abri » affirme Néjib Ayed (directeur des JCC) dans un communiqué,  » le festival aura lieu et célébrera les valeurs de tolérance, d’ouverture et de la vie face au nihilisme » suivi du hashtag #nopasaran, « ils ne passeront pas », slogan des républicain en lutte contre les nationalistes franquistes.     Car non, […]

Artistes, faites la rue ! le 30 octobre 18h