société


L’Etat tunisien dépense chaque année plus qu’il ne perçoit. Tel un compte bancaire, il est à découvert (c’est ce qu’on appelle un déficit). Pour combler ce déficit, il a deux solutions : augmenter ces recettes, et lorsque cela n’est pas possible, emprunter aux banques. Sauf que voilà, les banques ne prêtent pas à taux zéro. En juin 2017, la dette publique s’élevait à 66,7% du PIB pour atteindre 71,4% du PIB, soit 76,1 milliards de dinars en 2018. Or plus la dette augmente, plus les intérêts pour la rembourser sont élevés et… plus la dette augmente. Cercle vicieux dans lequel les gouvernement successifs se sont engouffrer et à travers lequel ils ont vendu le pays.    

Le surendettement pour les nuls



Sorti en salle hier dans l’Hexagone, Vent du Nord de Walid Mattar redonne à la Tunisie, ses lettres de prolétariat que tant ont bafouées pour quelques sollicitudes et les bonnes grâces du pouvoir en place. Dans un jeu de miroir au tain de mondialisation, le Réalisateur dresse ici le parcours de deux hommes, dont les destins sont liés par le même moyen de production et les mêmes ronds de cuir obsédés par le rentabilité et la productivité.  Vent du Nord, un docu-fiction ? Avec un taux de chômage et de pauvreté élevés, une espérance de vie moindre que dans la moyenne nationale française, les ouvriers des usines automobiles, les mettalos, ou autres manœuvres des Hauts de France sont les oubliés des politiques de relance frileusement ébauchées par les gouvernements successifs. Dés 2000, la situation de la région s’est fortement dégradée, et les revenus, avant redistribution, sont les plus faibles de France.  Chômage, maladies causées par l’exploitation des mines, pauvreté…un Redeyf à la française où le pauvre doit rester pauvre, l’exploité doit rester exploité et où il est interdit de rêver d’un avenir meilleur sous peine d’être violemment réprimé. Si le Réalisateur a choisi, comme cadre tunisien de sa fiction, la Banlieue sud de Tunis  afin de rendre un hommage à sa ville natale, c’est toute la classe populaire tunisienne qui est représentée ici. Ceux là même qui ont fait la Révolution, et qui restent, comble de l’ingratitude, les oubliés de ces néo-politiciens qui omettent, par péché d’orgueil, ceux grâce à qui ils peuvent s’exprimer aujourd’hui. Alors que le film, car c’est bien d’une fiction qu’il s’agit ici, offre au spectateur des prises de vues magnifiques, des dialogues empreints d’un humour certain, et une bande originale sublime composée par Malek Saied, cette impression de plongée en apnée dans la vie de ces oubliés sociaux donne à l’oeuvre une impression de docu-fiction où l’injustice et le système D tiennent les rôles principaux. Certaines séquences, souvent portées par une musique, nominée au festival international du film d’Aubagne, qui nourrit l’image de sa tragi-poésie, sont des photographies à part entière, qui apportent cette touche de Beau dans un environnement où l’recherche de l’esthétique cède la place à la survie. Le quotidien des « oubliés » « Le café de l’avenir » où Foued tue l’ennuie, et qui n’est pas sans rappeler « le café olympique » de Condamnation, fait écho au bar P.M.U. qui ponctue la vie d’Hérvé. Dans cette société de consommation, les loisirs se font rares pour ceux qui ne peuvent se les payer. Des feux d’artifices, une fête foraine occasionnelle ou le cabaret dans lequel on dépense, pour le plaisir des yeux, la moitié de son salaire, sont autant d’échappatoires de fortune dans une vie morose où l’enfant n’a d’autre choix que la play-station ou les balançoires vétustes, rouillées par l’air marin. Alors pour oublier on boit : le p’tit blanc ou le Koudia bon marché (qui reste pourtant trop cher), le mauvais mousseux ou la Celtia, partenaire des nuits solitaires. Heureusement les amis sont là. Ces amis […]

Vent du Nord : une fable libertaire sur la vie ...



La femme, enfermée dans les seuls rôles que la société tunisienne lui octroie : sagement voilée, danseuse de cabaret, garçon manqué ou fliquette fonctionnaire dans un uniforme qui lui est imposé. C’est par ce triste constat que s’ouvre le film de Mehdi Ben Attia : l’Amour des Hommes, où une jeune veuve, photographe encouragée par un beau-père mécène, à la fois patriarche et progressiste, décide de reprendre goût à la vie en posant son regard de femme sur des corps d’hommes. Une film sans dessous-dessus  Mehdi Ben Attia bouscule ici le cinéma tunisien où un sein dénudé et une cuisse offerte ont été la marque de fabrique d’une production cinématographique, dite provocante, mais qui, au fil des ans, s’est meut en recette prête à l’emploi pour films réchauffés au gout de déjà vu. L’Amour des hommes est un coup de pied donné, avec maestria, à cette complaisante facilité à laquelle, néanmoins, le réalisateur a tenu à rendre hommage. Si l’affiche du film n’est pas sans rappeler celle de de Blow-up, chef d’oeuvre d’Antonioni, l’apparition de Ferid Boughdir ou l’affiche des Silences du Palais glissée dans les décors, sont autant de clins d’œil à ces aînés qui, selon Mehdi Ben Attia, « ont ouvert la voie à une génération de cinéastes, en ayant, en quelque sorte, inventé le cinéma tunisien ». « On ne va jamais assez loin dans la provocation, il faut le secouer ce pays, ce sont des endormis » explique Si Taëb (joué avec brio par Raouf Ben Amor) à la jeune photographe. Des mots qui pourraient être ceux du réalisateur, également scénariste, qui a décidé de secouer les codes jusqu’à les inverser. Ici la femme dirige ses modèles masculins dans une bienveillance injonctive où se mêlent à la fois  l’arrogance d’une femme-maîtresse et la sensibilité à fleur de peau d’une artiste, écorchée par la vie et les deuils successifs. L’homme devient un objet de désir sur papier glacé, dont les gestes et les poses sont guidés par la main experte d’Amel.  Celle-ci les déshabille comme on met à nu une âme pour en découvrir la beauté cachée afin de l’exposer. Dans une Tunisie machiste où la femme doit encore se battre pour exister, c’est l’héroïne du film qui fait exister l’homme à travers son objectif. Créateur, elle aura entre ses mains jusqu’au pouvoir de vie ou de mort sur ce beau père pourtant représenté comme l’archétype du Seigneur, et qui, durant tout le film, donnait l’impression de la faire vivre. Hafsia Herzi incarne cette femme que l’on s’interdit d’être, cette femme libre d’exprimer son désir, libre d’aller jusqu’au bout de ses passions, si dérangeantes soient-elles  dans une société où l’hypocrisie s’est faite Loi. Portrait d’une société Au delà ce cet hymne à la Liberté, L’Amour des Hommes dresse, avec justesse, le portrait de la société tunisienne dans toute sa dualité. Alors que le spectateur est invité à s’asseoir autour de la table d’une maison bourgeoise, entretenue comme un musée par une mère qui tente de combler le vide de ses journées entre […]

L’Amour des Hommes : une bombe dans le paysage cinématographique ...


Alors que tous les indicateurs sont au rouge, le peuple lui continue à sortir le drapeau blanc et son doigt bleu.  Il faudrait attendre les municipales, non, attendre 2019…mais sait-on de quoi demain sera fait ?  Les rapports se suivent et se ressemblent :  Le Droit de manifester piétiné  Des violences policières impunies  La Liberté de la Presse bafouée   Une économie à la dérive  L’indice démocratique qui recule   L’émancipation de la femme remise en cause  Refus de lutter contre la corruption L’impunité des Islamistes qui menacent à tout vent  Un Etat et une administration qui financent le terrorisme Des partis politiques qui refusent la transparence financière   Nos enfants meurent dans un fracas médiatique suivi d’un silence d’action, les médecins hospitaliers craquent, les cerveaux partent exercer à l’étranger et les plus démunis meurent en Méditerranée… Et nous, nous attendons pacifiquement que les choses passent, que le temps passe et qu’il corrige spontanément sans que nous n’ayons à bouger ce qui est. Qui est responsable de la situation actuelle ? Car il y a bien un responsable à tout cela ? Est-ce les politiciens corrompus qui ne servent que leur propre intérêt ? Est-ce les électeurs qui ont légitimé de par leur vote ces mêmes politiciens qu’aujourd’hui ils critiquent ? Ou est-ce ceux qui pensaient, influencé par une campagne médiatique sans précédent, qu’une Révolution pouvait être pacifique ?  La situation est trop grave pour que nous nous jetions respectivement la responsabilité : Nous sommes tous responsables, et nous continuons à l’être à travers notre passivité, notre acceptation et cette léthargie que nous tentons d’estomper à travers des statuts facebook.  Une seule question se pose aujourd’hui : Quel pays voulons nous laisser à nos enfants ?  La Rédaction        

EDITO 25.02.2018


Avant de se ruer vers les listes et les urnes, il convient tout d’abord de savoir pourquoi on va voter ? Vous allez me répondre que c’est un devoir citoyen, qu’une Révolution a eu lieu pour que les Tunisiens puissent avoir des élections libres ? FAUX, la Révolution a eu lieu pour que plus jamais un système de privilèges ne s’installe dans le pays, or ce système est encore là. Les têtes ont changé, mais le système est le même. Une classe de nantis, issu du même cercle « wassiliste » et de nahdhaoui dirigent le pays, se nomment et se rendent services, s’assurant à tous une retraite dorée pour le moment où le pays coulera.   Alors pourquoi aller voter ? Pour équilibrer le pouvoir centraliser à Carthage  ? FAUX, et pour cela il s’uffit de lire la loi : « Article 141 : Le Haut Conseil des collectivités locales est un organisme représentatif des conseils des collectivités locales. Son siège se situe en dehors de la capitale. Le Haut Conseil des collectivités locales examine les questions relatives au développement et à l’équilibre entre les régions, et émet son avis sur les projets de loi relatifs à la planification, au budget et aux finances locales ; son Président peut être invité à assister aux délibérations de l’Assemblée des représentants du peuple. La composition et les attributions du Haut Conseil des collectivités locales sont fixées par loi. Le Haut Conseil régional ne peut qu’émettre un avis.  La municipalité, d’après la loi, n’est qu’une administration parmi d’autres, elle est rattachée au ministère de l’intérieur et n’aura donc aucun pouvoir de décision significatif. Dans son intervention du 22 janvier 2018, le ministre des Affaires locales et de l’Environnement, Riadh Mouakher, a estimé que « si tout va bien, la décentralisation prendrait 27 ans en Tunisie ». Soit 3 plans successifs de 9 ans. Êtes-vous donc  certains que votre vote va changer quelque chose ?       Voter pour un programme ? Soit imaginons que vous alliez voter pour X parce qu’il prévoit de créer un centre sportif dans lequel vous souhaitez à l’avenir y mettre vos enfants. Noble choix que le votre. Mais vous êtes vous demandé comment votre maire va financer ce projet ( si toutefois il tient sa promesse électorale, ce qui serait un miracle) ? Y a-t-il des impôts locaux en Tunisie qui assureraient l’indépendance des élus locaux financièrement ? NON  Au mieux le Maire va demander un financement aux ministères des collectivités locales ( à Tunis) et attendre….qu’on lui dise NON, faute de moyens.     Alors pourquoi ? Pour qui aller voter ? La stratégie actuellement préconisée contre Ennahdha est de voter utile. On nous explique aussi que vous contrer les partis politiques il faut voter citoyens et prioriser les listes d’indépendants. On se dispense de réfléchir au fond de l’offre politique en ne votant que pour faire barrage, on vote non pour ses convictions, mais contre ceux de l’autre. L’élu est tout sauf élu au sens propre, large, philosophique et politique […]

Boycott des municipales



En cette période électorale, le “devoir citoyen” d’aller voter se conjugue à toutes les sauces et à tous les statuts. Mais sait-on seulement ce que veut dire être citoyen ? Si on se contente de la définition donnée, être citoyen c’est avoir des devoirs et des droits au sein d’une citée donnée. Or depuis janvier 2011, on ne nous parle que de devoirs, ce que nous nous devons de faire pour aller vers un soutien inconditionnel à l’ordre imposé : celui d’aller voter pour légitimer le garant de ce dit-ordre, celui de s’engager dans le mieux-être du pays en agissant, souvent de manière bénévole, dans des actions “citoyennes” pour palier aux manquements du dit-ordre, ou celui de payer des impôts pour permettre à l’ordre de financer son assise sur le citoyen. Cercle vicieux de la soumission, premier pas d’une dictature démocratique où chacun tisse avec allégresse la corde qui lui lie les poignets, menottes faites d’exigences partagées devenues évidences, et contre lesquelles il devient impensable de lutter. Mais où est donc la clef de ces menottes ? Où sont donc nos droits de citoyens ? Où est notre droit à la santé ? Celui à l’éducation ou à l’information ? Où est notre droit à la transparence des dépenses publiques ? Notre droit au rassemblement, à la Culture ?Notre droit à une Justice équitable, notre droit d’être dans l’individualité qui est nôtre ? Sommes-nous contraints de n’être que citoyen dans le devoir d’épauler l’Ordre établi ? D’alimenter de notre soumission active ce que Rousseau appelait le “contrat social” imposé par nos politiques, d’appuyer l’intérêt général édité par Ennahdha et Nidaa, parce que ceux-ci sauraient mieux que nous-même quels sont nos besoins ? Celui qui, toujours selon Rousseau nous “oblige à être libre” ? Est-ce qu’être citoyen c’est se soumettre à la volonté du pouvoir en place, sous couvert d’un intérêt général qui ne serait en réalité que l’intérêt de l’Ordre ? Un intérêt qui leur serait « utile » comme l’était le vote qui a mené Sebsi à Carthage ? Non, car être citoyen c’est penser avant tout à l’intérêt collectif et non à celui du pouvoir qui est différent du nôtre. Être citoyen c’est informer et s’informer, car il ne peut y avoir de liberté sans conscience et que la conscience citoyenne se forge à coup de réflexion. Être citoyen c’est oser demander “pourquoi” et oser répondre “non” lorsque cela dessert intérêt général. C’est exiger que le travail pour lequel les élus sont payés soit orienté vers le mieux-être de tous ou, le cas échéant, imposer par n’importe quel moyen leur démission. Être citoyen c’est être le garant de la Démocratie à travers des actions et des plaidoyers, c’est pointer du doigt les dysfonctionnements du Pouvoir et, par n’importe quel moyen, pousser celui-ci à prendre le chemin pour lequel il a été mandaté. Être Citoyen c’est penser au collectif, car les besoins de l’autre aujourd’hui peuvent être les nôtres demain. Le Pouvoir établi est entre les mains d’Hommes non citoyens puisqu’ils […]

Qu’est-ce qu’être Citoyen ?


Né d’un triste constat, quant aux chiffres constants du chômage dans la région du Grand Tunis, Vision Solidaire est un projet visant à sortir les jeunes de leur situation sociale précaire, de les éloigner des risques de délinquance voire de terrorisme, de leur apprendre un métier d’avenir et d‘améliorer l’image des quartiers difficiles en Tunisie. Ce projet a été mis en place par  La Maison de l’Image, un lieu indépendant dédié à l’image, sous toutes ses formes: photographie, vidéo, cinéma et nouveaux médias. A la fois lieu de rencontre, un espace de formation et de résidence pour les artistes, le lieu était prédestiné à accueillir ces jeunes en quête de qualification et  d’estime. Le projet a été financé par la Fondation DROSOS, qui a  pour mission de permettre aux personnes en situation précaire de mener une vie dans la dignité. Un appel à candidature a donc été lancé le 17 mars 2017 et 30 jeunes âgés de 20 à 28 ans ont pu bénéficier grâce à la maison de l’image à une formation qualifiante.  A compter du 18 janvier 2018, cinq formations sont proposées : La photographie :Les participants à cette formation seront préparés à devenir des professionnels de la prise de vue, du tirage et de la retouche photographique. La formation leur apportera un bagage technique solide permettant à la créativité de s’exprimer pleinement. La vidéographie :Les participants à cette formation aborderont l’ensemble des techniques de la vidéo. Elle leur permettra de maîtriser l’intégralité du processus de production d’un film : tournage, montage, mixage et diffusion afin d’être autonomes et opérationnels très rapidement. L’infographie et design graphique:Les participants à cette formation seront aptes à conceptualiser et créer des produits de communication allant de la conception d’identité institutionnelle, de supports d’information à la création d’emballage. L’illustration et animation 2D : La formation permettra aux participants de maîtriser les différentes techniques des bases traditionnelles du dessin ainsi que la maitrise des outils contemporains de création.  Les participants à cette formation auront un profil de créatif et de technicien de l’image fixe et animée afin de travailler dans différents domaines allant de la conception de livres jeunesses, couvertures d’ouvrage  jusqu’à l’animation 2D de différentes images numériques tels que les décors, personnages, objets. Webdesign et design interactif :Les participants à cette formation seront capables de réaliser des sites et des applications web ergonomiques avec un graphisme professionnel et des langages de programmation adéquats. Suite à la formation, un accompagnement dans l’insertion à la vie professionnelle leur sera accordé grâce aux partenaires de la Maison de l’Image. Les participants à la première promotion sont actuellement en stages dans des organismes partenaires de la Maison de l’Image (Tunivisions, Tuniscop, Digital Mania, Propaganda Production, Ideo, Fares JemaiStudio, Al Jaseera, Tunis Afrique Presse.) Tous sont pratiquement assurés d’obtenir un emploi à l’issue de leur formation théorique et pratique. Certains se sont déjà distingués en  remportant des prix, notamment, Nesrine Maalem, lauréate du prix catégorie réflexe des 24h photo organisé par le club Photo de Sfax en août 2017 ainsi que Sarra Khammouma, Noureddine […]

Vision Solidaire : ART, professionnalisation et avenir


Parce que la Tunisie est au bord de la faillite. Parce que les tunisiens ne mangent plus à leur faim. Parce que le pays est gouverné par des séniles et des incompétents. Parce que la reconstruction du pays sera plus dure si on laisse faire. Pour toutes ces raisons , nous appelons à la désobéissance civile . La désobéissance, comme acte public non violent décidé en conscience, contre les lois imposées par le gouvernement tunisien s’impose aujourd’hui, nous appelons à une insurrection pacifique des consciences, c’est à dire la non soumission au modèle qui nous est imposé par un gouvernement bâtard composé d’obscurantistes et de pseudo progressistes. L’Histoire de la Tunisie est là pour nous apprendre que tous les gouvernements se ressemblent et se valent. Le Tunisien ne s’est jamais hissé au rang de citoyen. Au fond toujours les mêmes procédés, la même injustice sociale, le même régionalisme, les mêmes politiques économiques, et toujours les mêmes têtes au sommet de l’État. Nous voulons la dignité, comme l’a voulue notre première révolution,  c’est à dire la valeur publique qui doit lui être conférée par la République. Nous voulons la dignité et nous croyons son existence incompatible avec le pouvoir tunisien en place, qui s’est « réconcilié » avec nos bourreaux d’hier et les éternelles forces de l’obscurantisme.   Arrêtons de lutter contre toutes ces lois  qu’ils nous imposent, et dégageons les définitivement.   Le temps n’est plus à la parole mais à l’action.   Le pouvoir est entre nos mains, notre responsabilité citoyenne ne peut se limiter à mettre un bulletin dans l’urne, on ne peut laisser notre pays à la dérive, il faut agir avant qu’il ne soit trop tard : Qu’est ce qu’on attend ?    Waterman

Edito 14.01.2018



Je pense que je suis arrivée à un point de dégoût et de mépris envers ceux qui ne veulent toujours pas nous écouter et sont encore obstinés à nous écraser, que je n’ai plus mais alors là, plus du tout la moindre envie d’argumenter ou d’expliquer mes propos. Autrement dit, fhemetou wala yedekom ! C’est bon ! Basta ! On s’en fout royalement et on vous emmerde en long et en large ! Vous savez quoi ? Nous n’allons plus attendre vos soutiens ni vos  approbations ! Et vous savez quoi ? Crevez ! Ça sera mieux ! Et en silence aman ! Assez de chialer pour des bourdes dont vous êtes les premiers responsables !  Crevez ! Ça sera votre seul vrai sacrifice aux générations futures ! Je suis sérieuse rahou, nous ne voulons plus, mais plus jamais nous voudrions continuer à débattre avec vous, sourds, connards, têtus et trouillards. Oui vous qui nous avez gavés de  » La démocratie « ,  » La constitution »,  » La transition politique « ,  » Le gouvernement d’union nationale « ,  » le consensus mon cul « ,  » La réforme de l’intérieur « ,  » La résistance civique « .  Et quand on vous dit, ils vont nous enculer, vous répondez en balbutiant : Mais elle serait quoi l’alternative ?! Nous n’avons pas le choix ! Vous fermez les yeux et le coeur et vous vous obstinez à rester dans vos repères de perdants et de looser !  Eh bien, l’alternative est que je vous emmerde tous car vous n’allez, de toute façon, pas comprendre. Nous vous avons appelé à soutenir le peuple. Au lieu de ça, vous avez soutenu les partis politiques. Nous vous avons prié de maintenir la pression pour réformer la police, la justice, l’économie, l’éducation, l’environnement … par le terrain et le travail collectif. Vous avez préféré les cafés politiques enfermés à huit-clos à théoriser sur la révolution et à rédiger des manifestes politiques dont personne, à part vous, pourrait deviner l’utilité. Nous vous avons déclaré notre amour de la révolution ! Vous nous avez jeté les pierres de la transition politique ! On vous a tendu la main quand nous avons occupé le Bardo pour sauver ce qui reste à sauver. Vous nous avez tourné le dos sous prétexte de l’urgence vitale d’expulser les islamistes du pouvoir. Et vous avez fait quoi après ? Vous avez troqué notre révolution contre votre passé puant à l’image de vos idéaux moisis.   Nous vous avons pardonné ! Nous vous avons rappeler la Rue et les exigences de s’organiser autrement et sans hérarchie et individualisme. Vous vous êtes moqués de nous ! Vous nous avez traité de révolutionnistes et d’adolescents qui n’ont pas les pieds sur terre ! Et encore une fois, nous vous avons donné une leçon de discipline, d’horizontalité, d’engagement désintéressé et de dévouement infaillible aux revendications révolutionnaires ! #ManichMsamah en est le parfait exemple ! Et vous ? Qu’avez vous fait pour sauver la révolution? Bande de trouillards, de conservateurs, de dogmatiques, […]

#FechNestanew #Mkarza : le dernier coup de gueule !  


Les classes ont été stratifiées mais la lutte des classes n’est pas devenue archéologique. La finance a érigé la bourgeoisie en mur de l’apartheid face à ceux qui ne rentrent pas dans le rang : pauvres, marginaux, fous, immigrés, réfugiés, sans domiciles… En un mot, les Autres. Pour le bourgeois, deux tâches essentielles ont été assignées à la naissance et lui ont été ingurgitées par l’hypercapitalisme à travers le sein de la cellule familiale (qui n’est autre qu’une cellule cancéreuse pour les libertés individuelles).   1 – La tâche du colon. Les empires ont utilisé les européens pour coloniser l’Amérique en lieu et place de ses habitants originels les amérindiens. Les sionistes ont utilisé les juifs pour coloniser la Palestine en lieu et place de ses habitants originels les palestiniens. L’hypercapitalisme utilise la classe moyenne pour coloniser autant de territoires qu’elle peut en lieu et place de leurs habitants originels ceux qui ne rentrent pas dans le rang. C’est communément appelé gentrification. 2 – La tâche du vampire. Les bourgeois contre les aristocrates puis les bolcheviks contre les tsaristes. Mais l’hypercapitalisme est plus subtil, il invente un rempart à la colère populaire : la classe moyenne. Cet entre-deux classes qui suce jusqu’à la moelle la lutte des individus quand ils s’insurgent contre la finance qui les gouverne. C’est toujours communément appelé révolution. En réalité, c’est l’abolition de l’idée même de révolution dans les méandres d’une classe moyenne servile qui noie avant même son arrivée à la rive de l’hypercapitalisme, toute velléité contestataire.   Cette classe moyenne est tenue en laisse par le spectacle il est vrai mais pas seulement. Toute une organisation sociale sophistiquée fabrique des consommateurs dociles et aseptisés, des petits soldats involontaires et perpétuels. Cette organisation est dirigé par plusieurs corps de métiers d’autorité : soldats, policiers, juges, professeurs, psychiatres, urbanistes… Il n’y a pas que la prison qui soit une prison : les écoles, les asiles et les rues le sont tout autant. Ce sont là les avant-gardes du fascisme hypercapitaliste. L’individu est dés la naissance noyauté par le capitalisme à travers la cellule familiale (qui n’est autre qu’une cellule cancéreuse pour la liberté individuelle).   Sur quel mode opère l’aliéné de classe moyenne ? Sur l’accumulation. Multiplier ce qu’on peut autant qu’on peut de n’importe quelle manière qu’on peut. C’est la doctrine de base. Aucun sens au clonage biologique puisque les êtres humains sont devenus des clones sociaux. Car l’aliéné de classe moyenne est lui-même une accumulation du même pour la finance. La bourgeoisie est l’armée de réservistes de la finance mondiale. La révolution ne pourra s’accomplir que si elle s’attaque en tout premier lieu à la bourgeoisie locale, avant même la finance mondiale.   Le même sens dans la même rue dans la même pensée dans le même corps. Ordre des choses.   Rien ne peut se produire si ce qui se produit n’est pas comestible, c’est-à-dire commercialisable, par le Capital. Puis rejeté, c’est-à-dire déféqué, par le Capital sur la voie publique. Le masque de Guy Fawkes est la propriété […]

MANIFESTE DESTRUCTIVISTE


Quel ne fut l’étonnement des auditeurs de Radio Med, mecredi 10 janvier , en entendant un ministre, et donc un représentant du gouvernement, s’exclamer  » le couffin du citoyen contient des légumes et de la viande. Que faut-il faire ? Y ajouter du vin ? «  Ce mépris assumé, raillé sur les réseaux sociaux, et comparé à celui de Marie-Antoinette demandant à ce qu’on offre des brioches au peuple soulevé, fait écho au silence tout aussi méprisant du Président de la République qui pour une fois depuis sa prise de fonction brille (par son absence) ! Mabrouk Korchid, girouette politique à l’ascension fulgurante et inexpliquée ( non non non, son ascension n’a rien à voir avec le fait qu’il était l’avocat de Baghdadi Mahmoudi et/ou qu’il a tous les dossiers relatifs à la torture des yousséffistes ! Ah ces adeptes de la Théorie du complots !?) ne ferait-il pas mieux de s’occuper des pots-de vin que de s’occuper du vin que le citoyen verse ou pas dans le verre déjà bien rempli du TAKRIZ ambiant ? La rédaction tient quand même à signaler que l’augmentation sur les boissons alcoolisées ne touche que la production locale puisque le prix des liqueurs importées est aujourd’hui en deçà des prix de 2010. Sans doute le buveur de Celtia ou de Koudia est-il plus apte à être surtaxé que le buveur de Chivaz… Une chose est sûre, Mabrouk Korchid devrait mettre de l’eau dans son vin plutôt que de l’huile sur le feu….et s’il n’en a pas, TAKRIZ sera heureux de lui offrir une bouteille de « légmi », compte tenu que l’alcool à 90, comme tous les produits pharmaceutiques, est également hors de prix ! Allez, sans rancune, et SANTÉ !   La Rédaction

Mabrouk Korchid : du parpaing, du vin et du Boursin



  L’acte du don d’organes et de tissus provenant de donneurs  vivants, liens primaires (généralement la famille), et cadavériques, liens secondaires, qui peut être qualifié de don moderne est un acte altruiste sans  aucune contrepartie. Il est  non lucratif  et ne transgresse pas le code de l’éthique.  Il demeure pour l’instant l’unique alternative thérapeutique  susceptible de sauver des vies humaines, et est considéré, à ce titre, comme étant un acte généreux , noble et héroïque permettant d’assurer la continuité de la vie. Au delà des mots Il est évident que, compte tenu de la dégradation prévisible de la santé du client dialysé et ce  malgré une certaine amélioration durant la dernière décade, de la qualité des soins, le  recours à la greffe est l’unique  alternative autorisant la continuité de la vie et par là , la reprise d’une vie normale. Or dans notre pays qui a entamé les greffes rénales en 1986, c’est l’amer constat d’échec de ce flou programmatique relatif à la politique de sensibilisation au don d’organes auquel on fait face depuis plusieurs années, avec une pénurie importante d’organes face à une demande sans cesse croissante et ce eu égard à l’augmentation de l’indicateur de la moyenne de vie du Tunisien d’une part et de  l’augmentation des centres de dialyse d’autre part. Aussi, la dangerosité de cette réduction progressive de l’offre  et les répercussions financières sur la caisse de la CNAM  doivent obligatoirement  inciter tous les intervenants à redoubler d’efforts, autorité publique, structure d’appui et associations citoyennes  à approfondir la réflexion sur les  causes profondes de cette absence d’adhésion  du citoyen Tunisien au don d’organes.   Causes fondamentales de cette grave pénurie La complexité structurelle de la société tunisienne, ouverte voire progressiste  pour certains , recluse ,conservatrice et recroquevillée sur elle-même  pour d’autres .Ce conservatisme allié à  l’absence d’une production  culturelle  qui a été isolée du processus du développement global ont fini par engendrer  une certaine indigence  culturelle. La  répression politique exercée  depuis plus de six décades sur la population , la frustration générée par le culte de la personnalité, l’élitisme grégaire et l’atmosphère  dépressive qui s’en suit ont aggravé de fait  le quotidien des gens La prise en main de la communication par la courroie de transmission du parti état à travers  l’élitisme a  également grandement desservi les intérêts  d’une frange de cette population malade La désinformation volontaire ou involontaire de la part de certains milieux médicaux, paramédicaux et médiatiques due au manque de formation continue Le refus  depuis des décennies, en raison de l’architecture verticale et répressive du pouvoir politique , de l’autorité publique et de l’élite d’ une politique participative par le biais de la consultation et de la concertation a  laissé le Tunisien toutes catégories confondues confronté à une aridité informationnelle. La négligence volontaire de la communication et de l’information, préférant glorifier les responsables en amont plutôt que les acteurs en aval (associations citoyennes d’insuffisants rénaux, de greffés et de donneurs) La faiblesse de la dynamique du site Web dynamique  du Centre National de […]

Don d’organes, l’inertie du gouvernement



Tout le monde le sait, le premier ambassadeur d’un pays à l’étranger est l’Artiste. Quelle plus belle vitrine que l’Art dans toute sa splendeur. Tout le monde le sait, oui, tout le monde sauf l’ambassadeur, son excellence Monsieur Poivre d’Arvor, qui était sans doute trop occupé à monter sur les dromadaires de la brigade saharienne.  Aaaah sacré chameau cet Olivier ! Nous sommes et resterons un pays du tiers monde tant que nos artistes seront traités avec autant de mépris. Skander Beldi, alias Flask est un jeune artiste tunisien. Designer-produit, caricaturiste, créateur, peintre, ce touche à tout, boulimique de travail, a préparé ses valises pour se rendre au vernissage de son exposition parisienne à la Fondation de la Maison de Tunisie. Ces petites nénettes des années 80, punk à souhait, se faisaient une joie de faire du shopping avec leur papa, et de choisir leur petites tenues sexy ( qui d’ailleurs ont fait l’objet d’une censure sur mosaïque FM). Oui mais voilà, si les œuvres ont été accueillies à bras ouvert, ce fût à bras d’honneur que l’artiste se vit refuser l’accès à son vernissage, et à bras le corps qu’il tenta de trouver une solution à cette situation plus qu’humiliante, tant pour lui que pour la Tunisie. Skander Beldi, ses valises et ses crayons à la main, a tout essayé pour obtenir le visa d’entrée à sa propre exposition. Il a pris contact avec TLS , prestataire de service qui « recueille pour le compte des autorités françaises, les demandes de visas » un peu partout au Maghreb, et il lui a été répondu que ces derniers ne pouvaient rien faire et par un courrier standard lui expliquaient qu’il devait attendre pour obtenir un rendez-vous. Soit peu importe, il va contacter la Fondation de la maison de la Tunisie : renvoyé vers TLS. Appeler l’institut français de coopération « allez voir TSL ». TLS, TLS, TLS mais qui sont ces gourous qui décident si oui ou non un artiste à le droit de participer en temps et en heure à un événement auquel il est convié, son événement de surcroit ?  Le 28 juin dernier, l’ambassade de France en Algérie a mis fin au contrat avec TSL suite à la gronde des usagers, à quand un changement de prestataire pour la Tunisie ? Au final Skander Beldi a regardé l’inauguration de son vernissage par le biais d’une vidéo postée sur FB, bien installé sur son canapé Tunisien. Toutes ces nénettes étaient à Paris, en train de faire la fête, orphelines mais applaudies. Restait à coté de lui sa fille chérie, poupée qui fait  » non non non non non », un peu comme TLS. Fort heureusement, Skander Beldi prend avec beaucoup de distance cette mésaventure et répond, sur TAKRIZ magazine avec beaucoup d’humour que au final, c’est pas lui qui a raté quelque chose, mais bien les français  !

Artiste ? va te rhabiller !




Napoléon avait qualifié Talleyrand (Noble de Naissance, Prêtre et ecclésiastique de formation, révolutionnaire en 1789 et député de la constituante, Ministre sous Napoléon, et Président du gouvernement à la restauration de la royauté) de « tas de merde dans un bas de soie » Quel rapport avec nos politiciens de la Tunisie post révolutionnaire me direz-vous ? Et bien il suffit de regarder et de voir que l’ensemble de nos politiciens pour voir qu’ils sont aussi opportunistes que Talleyrand …. Nous sommes gouvernés par des tas de merde dans un bas de soie : Des intégristes islamopithèques ont su accaparer tous les rouages de l’état et retourner leur vestes pour s’accrocher au pouvoir en faisant des pseudo-concessions sur leurs principes charia-istes… en donnant à la société civiles des miettes de libertés et en imposant en catimini un mode de vie axé sur la sacro-sainte morale arabo-musulmane… sans oublier de servir leurs propres intérêts (pécuniaires) avec un enrichissement qui laisse rêveur … Capitalisme rime avec islamisme, « qatarisme » et « turkisme » … Une gauche décapitée à la mort de Chokri Belaid qui s’embourgeoise et se disperse comme en témoigne le relooking Brushingué de la poupée qui ne sait que dire « Non » .. Le mari de l’autre. Un recyclage des anciens RCD qui sont devenus subitement de vrais révolutionnaires sous la conduite d’un commis de l’état bourguibien et benaliste… apparemment ce parti a su récupérer toute l’ivraie et laisser le bon grain …. Et nous voilà, pauvre peuple, en 2018, pressé comme des citrons par une fiscalité oppressante et tondus par une inflation galopante … Nous voilà en train de payer le train de vie du gouvernement et des gouvernants qui lui ne se sent pas concerné par la crise… l’austérité, non mais !!!? il y a le prestige de l’état à maintenir …. Nous voilà en train de rembourser via nous impôts, les dettes du pays contractées depuis 2011 … Nous voilà en train de payer les 200 000 emplois fictifs créés par la troïka islamopithèque … Nous avons les dirigeants que l’on mérite (me direz-vous)… Mais savions nous que nous allions trouver de la Merde dans le bas de soie de la révolution de la brouette ?   Le Grand Masturbateur TAkRIZ  

« De la merde dans un bas de soie »


عمرو في الأربعين هكّاكة. يخدم خلّاص في الكار. على روحو. حشّومي و عاقل و ما يدور بحال حدّ. خدمة، قهوة، دار. حياتو تردّد حاصيلو. اما هو ديما يتبسّم. كان القرابلو يعرفو الّي هو ماهوش يتبسّم أما هذيكة الفورمة متاع فمّو. ما تتبدّلش. يظهر يتبسّم اما هو في الحقيقة يحبّ يردّ. عندو 5 و الا 6 صحاب اهوكا يقابلهم بعد الخدمة. صحابو ديما يلعبوا بروموسبور، محنة عندهم. كان هو ما يحبّش و يقلّهم نعرف ما عنديش زهر و ما نوكّلش صغاري الحرام. كلّ يوم يهبّط كابوسان يقعد يترشّف فيها بالصوت و يتلمّط في كعبة كعك و يتفرّج في صحابو يلعبوا في طرح رامي. يكرّزهم بالأصوات الّي يعمل فيهم بفمّو، اما حتّى واحد لا ينبزوا على خاطرو زوّالي و معقّد. و كيف يتجبدوا أوراق البروموسبور، الجماعة ياخذوا رايو. الماتشات الّي يسألوه عليهم ماخذة في الخاطر ديما يجيو صحاح. اما شيّ! قلّك ألف و أعوذ بالله! نعيش بالحلال و نقعد على قدّي و ما ندورش بالقمار. امشي يا زمان و إيجا يا زمان، نهار كيف النهارات الكلّ، قاعد على الكرسي متاعو في الكار، طلعت بنيّة حليلتها. صحيح معرّس و عندو صغار و يحبّ يعيّشهم بالحلال، اما الغريزة متاع التحرّش الجنسي ديما تغلب. حاصيلو شدّ هاك الطفلة يغمزلها و يخرّج في لسانو و يدخّل فيه بسرعة باش يفهّمها الّي كلّ شيّ ممكن و لا حياء في الكار ياخي مشاتلو تجري و وقفت قدّامو و صاحت « شبيك سي الورل تخرّجلي في لسانك ؟ تحبّ نطيّحلك قدرك و إلّا كيفاش ؟ فهّمني تراه ! » ياخي صاحبنا قعد يغزرلها ساكت و يتبسّم. بالطبيعة هي ما في بالهاش الّي هذيكة ملامحو الطبيعية ياخي عطاطو داودي حتّى من سائق الحافلة مالقدّام سمع صوت الخدّ متاع زميلو. صحيّبنا مسكين ترهوج و بدى يصيح وحدو « قدّم الوسط فارغ! قدّم الوسط فارغ!  » و هو يتبسّم. عدّى النهار الكلّ على الحالة هاذي لين كمّل الخدمة. تعدّى للقهوة يكركر في ساقيه، يلقى صحابو مكرّزين. ما سألهمش علاش مكرّزين، اما هوما سألوه على الصوابع الّي في وجهو. قلّهم مالنّوم. حتّى واحد لا كذّبوا كيف العادة على خاطرو زوّالي و معقّد. في وسط القعدة فهم من كلامهم الّي هوما مكرّزين من قانون المالية و الزيادات و كيفاش الدنيا غلات. زاد كرّز. و بينو بين روحو قال كان جيت مركانتي راني ما كليتش صرفاڤ من عند فرخة اليوم. و قرّر وقتها باش يلعب بروموسبور اوّل مرّة في حياتو. صحابو اعوام يلعبو و حتى مرّة لا ربحوا، اما هو لا تفهموا خايف يخسر و الا خايف يربح. الحاصل شرى ورقة و عمّرها كيف ما جا. من غير تخمام. يعرف الّي هي حكاية متاع زهر موش امور ثقافة. و ما قال لحتّى واحد الّي هو جرّب. صبّ الوريقة و طفّى الضوّ. و قعد يستنّى في نهار الأحد. نهار الأحد فاق مالنّوم بعد ما خرجوا النتايج. ما حبّش يشوفهم قبل ما يعمل قهوة و كعكة بالصوت. بعد ما كمّلهم و خلّى شطر القهوة في شلاغمو، يلقى روحو خاسر. و من نهارتها ماعادش ينجّم يتكلّم. بكش. اما قعد يتبسّم. صحابو ما فهموا شيّ. قالو لازم من قانون المالية الجديد، و الّا مالكعك Hamza BOUALLEGUE

إنّ بعد العسر



Si la révolution Tunisienne a influé sur bien des choses, elle a surtout enrichi le vocabulaire des internautes de mots, nés des médias occidentaux, et que tout un chacun s’est mis à employer de ci de là, sans trop comprendre ce qu’ils signifiaient. Nous avons eu tour à tour «  transition démocratique », «technocratie », mais surtout « maçouni ». Ah les francs-maçons…..qui n’a pas vu des triangles se dessiner de manière perverse dans l’architecture urbaine, ou qui n’a pas cherché à voir dans une photo, un signe que X ou Y appartienne à cette loge ? Connue de tous et pourtant tant fantasmée, la Franc-maçonnerie  s’est retrouvée au centre de tout débat stérile. La spontanéité des événements de décembre 2010 et janvier 2011 a été telle qu’il fallait bien trouver une explication autre que le « Takriz » généralisé….alors pourquoi pas les francs-maçons ? Après tout, ils ont bien été aux premières « loges » de la déclaration d’indépendance des USA et de la Révolution française, alors pourquoi pas nous ?  Si la Franc-Maçonnerie tunisienne est une réalité qui remonte à la fin du 19émé siècle et qui perdure de nos jours sous des vitrines associatives tel que l’ATUGE, qu’en est-il réellement ? Les francs-maçons influent-ils sur les débats actuels de société et sur nos politiques ? Autant de questions soulevées ici….mais commençons par le commencement…il était une fois….la Franc-Maçonnerie tunisienne : Qu’est-ce que la Franc Maçonnerie ?   Il n’y a pas de définition de la Franc-maçonnerie. Chaque obédience (courant) a sa définition qui lui est propre. La Tunisie étant, comme nous allons l’expliquer, sous l’influence du Grand Orient de France (GODF), nous allons ici présenter leur définition propre, inscrite dans leur constitution « institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, qui a objet la recherche de la vérité, de l’étude de la morale et la pratique de la solidarité » . Née au XVIIème siècle en Ecosse, la Franc-Maçonnerie est une organisation qui regroupe en son sein des personnes parrainées par leurs pairs afin qu’elles travaillent à des réflexions sur la société dans laquelle elles vivent. Sorte de « Think-tank » hiérarchisé au sein duquel un rite initiatique et symbolique (NDR : on s’amuse comme on peut) permet à chaque membre de gravir les échelons et de se la péter lors des repas de famille. Théâtralisée (accessoires, mise en scène, costumes et répliques au vocabulaire pompeux) les réunions maçonniques ont attisé la curiosité, puis la convoitise. Au fils des ans, c’est devenu « the place to be » et le droit d’entrée, sans couple exigé, se faisait de plus en plus sélectif, jusqu’à devenir une réunion de riches et de puissants (NDR : si tant est que l’on puisse différencier les deux). Durant ces réunions, se discutent des thèmes tels que la laïcité, l’égalité des sexes, la fraternité, et les notions de liberté. Mais ce qui s’y discute surtout c’est le moyen d’imposer les idées maçonniques au sein de la (des) société(s).  « Liberté, solidarité, laïcité, égalité »….tiens tiens….cela ne vous dit rien ? Non, Bouazizi n’était pas franc-maçon, attendez ! Allons-y étape par étape. Oui, la franc Maçonnerie existe en Tunisie, mais […]

Franc Maçonnerie en Tunisie : Entre mythe et réalité


  Dans les coulisses d’un sortie en salle de Vent du Nord ,prévue pour le 10 janvier en Tunisie et le 28 mars en France, Walid Mattar,  se confie à TAKRIZ magazine. Entre ses débuts et les problématiques qui lui tiennent à cœur, Walid Mattar est revenu sur certains événements qui ont pu secouer l’actualité post 14 janvier dans le monde du cinéma, et sur la liberté acquise des scénaristes et réalisateurs grâce à une Révolution qui se veut à la fois politique et numérique.          Vous êtes tombé dans le cinéma comme Obelix, quand vous étiez petit. Dès 1993, vous adhériez à la fédération tunisienne des cinéastes amateurs. Qu’est ce qui vous a poussé vers cette voie  ? Disons que ce fût un pur hasard. J’avais 13 ans, et lorsque que l’on n’aime ni les cafés ni le rami, il n’y a pas grand chose à faire sur Hammam Ilf. Au collège et je suis tombé sur une affiche, accrochée par Kamel Staali alors membre de la F.T.C.A. du club  Hammam Ilf , et qui proposait un stage photo. J’ai foncé tête baissée pour rompre avec l’ennui dans lequel j’étais confiné. Après ce stage, nous avons eu une formation cinéma, puis nous avons réalisé quelques films collectifs. En parallèle, j’ai effectué un master en productique, pensant en faire ma carrière et lassant le cinéma une place de hobby, de passion. J’ai travaillé un an comme ingénieur, mais j’ai très vite compris que cela n’était pas possible. Après le Cuirassé Abdelkrim, je suis partie en France pour parfaire mon expérience pratique d’une licence en art du spectacle : j’ai appris sur le tas et j’éprouvais le besoin d’approfondir mes connaissances artistiques en histoire du Cinéma, en analyses de films… Depuis je n’ai jamais quitté cette passion dévorante. J’ai enchainé les boulots alimentaires et la réalisation de documentaires, de court-métrages pour en arriver aujourd’hui à mon premier long métrage  Vent du Nord. Vos films sont les photographies d’une société en lutte contre le système en place.  Est ce que Hervé, perdant son travail après la délocalisation de son usine en Tunisie, les jeunes du Cuirassé Abdelkrim, ou le héros de Baba Noël, migrant économique contraint d’accepter les impératifs d’un marché du travail (parallèle), sont une seule et même personne ? Même si il n’y a pas de thème récurrents dans mes films, il est vrai que les protagonistes sont souvent des personnes issues du bas de l’échelle sociale. Ce sont des gens qui luttent contre l’injustice, une lutte pour la survie, des personnes qui se battent contre un système absurde. Ce système, puissant, rogne les libertés pourtant fondamentales de chacun. La liberté de travailler, c’est le cas d’Hervé dans Vent du Nord, la liberté de se déplacer, inscrite dans la déclaration universelle des droits l’Homme dans le Cuirassé Abdelkrim, la liberté de rendre heureux ses enfants dans Offrande. La liberté de vivre dignement, tout simplement. Vous avez exercé, en tant que scénariste et réalisateur, avant et après 2011, avez […]

Un vent du Nord souffle sur Takriz : entretien avec ...


    في التسعينات، كانت فمة قصة مصورة مصرية (أو كوميكس كيما يقولو غادي) إسمها « المواطن المطحون ». السيد هذا وضعيتو تالمون منيكة أصل، ولى يشبه لهيكل عظمي، ما عندوش معدة ومرمدينو في الخدمة وفي الشارع وفي حياتو الشخصية. هالمواطن المطحون هذا هو توصيف باهي ودقيق للمواطنين اللي عايشين ديكتاتورية. كتونسي كان يعاني من الديكتاتورية، مشكلة المواطنين المطحونين كانت أساسية عندي، خاطر المطحون ما يتكلّمش على حقو، المطحون بسهولة يولّي طحان والخليط يخلي صاحب الطاحونة أو زميمهم (الطحانة) عاملو بشرعو وينيك في البلاد والعباد.   فلسفيا، إنجمو نتسائلو :   من هم ؟ من وراءهم وماهي أهدافهم ؟ شكون جاء قبل ؟ المطحون والطحان وإلا زميمهم ؟ وهل أنو المطحون مسؤول على الوضعية متاعو وهل أن يستاهل الشلابق والبزق اللي ينيك فيهم كل نهار وهو يكشّخ ؟   المطحون زوز أنواع سيدي خويا. المطحون الأول هو مطحون جاهل، موش بمعنى سبّة، لكن بمعنى أنو ما يعرفش. المطحون ما يعرفش اللي البوليس ما عندوش الحق يدخلو زوز صوابع خاطر رشقتلو في العشية معد كاس نعناع أخضر. المطحون ما يعرفش اللي عرفو في الخدمة ما عندوش الحق يحل سروالو عليه ويتبول عليه بالواقفة منغير حتى سبب. المطحون هذا عادة ما يقلب العنف والتمرميد اللي هابط على ظهرو في مجالات أخرى ما عندها حتى علاقة بالمجال اللي يهز فيه في العصبة يوميا. مثلا، المطحون تلقاه مغروم بالكورة للطولة، ويكره أي جمهور موش تابعو، وتنجم تبدل الكورة بالدين مثلا، ويولي يكره جمهور الشيعة، وكيف يفد يتعدى يولي يحاول يطحن في مواطنين مطحونين أخرين، عادة ما يكونو مواطنات مطحونة، فيهبط على مرتو بالضرب، ويمرمد أختو خاطرها ممكن عندها صاحبا أما ياخو المصروف من عندها وهات من هاك اللاوي. المواطن المطحون موش عارف ربي وين مدّيه، وخاصة ما يعرفش اللي موش كان هو مطحون، هذاكا علاش ما يخممش حتى نهار باش يتلم مع مطحونين اخرين باش يوقفو زميم الطحانة عند حدّو.   المواطن المطحون من الصنف الثاني هو الصنف الخطير. هو الصنف اللي تالمون تشبّع بقيم الطحين والتكربيس وفهم اللي عادة ما المطحونين يبلّعو أفامهم وموش فاهمين أنهم هوما الأغلبية، هاذم يولي كيما يقولو الاخوة التروتسكيين « كومبرادور » ولا في أمريكا « الزنوج المناصرين للعبيد ». يعني، في عوض أنهم يفيقو على وضعهم، دورهم الأساسي يولّي أساسا إقناع المطحونين الأصليين أنو ما ينجموش يحسنو حالتهم، أنو « ليس بالإمكان أحسن مما كان »، و »ربي باش يعوضلهم على التمرميد »، أو المقارنات الفاشلة من نوع شوف الصومال ومسلمي بورما وإسكيمو دوز وإحمد ربي على ما عطاك. طبعا زادة فمة منطق التخويف والترهيب من أي محاولة تغيير، « رد بالك فلان توزّر » ولا « هذاكا تبعث وراء الشمس » خاطر تكلّم وفضح المستور، وإلا منطق « خلي أهل البلاء في البلاء ». المطحونين هاذم برتبة طحان مستقبلي باش تلقاهم زادة مع أي فكرة « عامة أو سائدة » كيما الإعدام وحق البوليسية في ضرب المجمرين وضد المثلية وضد وضد وضد. هدف المطحون هو أنو يولي طحان وأنو زميم الطحان يحسسو أن يفرق على المطحون العادي وأنو الطحين متاعو وصّلو باش يرتقي في سلّم الطحين.   نوصلو توة للختام والجواب على السؤال : أش نعملو مع دين ربّهم ؟ بالنسبة للمطحون الأول فالحل واضح : نيك حطلو أمبولة ضو في عينيه، عيّط عليه في أي فرصة، أقرصو من أحناكو (باش ما نقولوش بلاصة […]

ولا تقربوا المطاحن ما ظهر منها وما بطن



Qui n’a pas rêvé d’épouser une jeune vierge effarouchée qui aura attendu, dans la frustration de ses longues nuits d’hiver, que vous déboursiez des dizaines de milliers de dinars en fêtes pompeuses et offrandes nuptiales pour vous céder le Sacré Graal de son Hymen encore intact. Cela fait cher le centimètre carré de membrane, mais peu importe, vous aurez l’honneur d’avoir été le premier (surement pas le dernier) à avoir eu avec elle une pénétration vaginale. En ce qui concerne les autres types de pénétrations, les voix du Seigneur vous resterons impénétrables. Car si votre dulcinée s’est faite défoncée le cul sur la banquette arrière d’une voiture de location, vous n’en saurez jamais rien, et ce malgré tous les crédits bancaires que vous allez pouvoir contracter pour acheter sa virginité. C’est qu’elle est rusée la garce, et vous bien crédule par la même occasion, elle avait prévu le coup (de bite) et s’était assurée son image de « bent 3ayla » en acceptant de ne donner que son fessier dans l’attente de l’anneau marital. La bouche pleine du foutre de la veille, elle a crié son douloureux plaisir à son premier amour, (pas assez riche pour sa famille, mais bien mieux pourvu que vous), sans que jamais vous n’en sachiez ce qu’il en est.  Pendant que vous vous masturbiez devant votre écran sur cette levrette saccadée jouée par une blonde pulpeuse aux seins siliconés, celle qui allait devenir votre femme goutait, elle, au plaisir bien réel de la chair et mettait à « mâle » la frustration imposée par notre société pudibonde. Plus efficace que les points de suture, quoique plus douloureux lorsque cela est pratiqué de manière sauvage, la sodomie est la clef, pour toute les filles, d’un mariage réussi dans un pays qui rime avec hypocrisie et où  devoir conjugal rime avec vaginal.   Tite Souris TAKRIZ

Sodomie, la clef d’un mariage réussi


شكراً شكراً للسبعة أو ثمانية وزراء إلي تداولوا على وزارة الصحة منذ بداية الثورة، على قراراتهم العظيمة و حوكمتهم الرشيدة. شكراً للعاملين بالوزارة إلي كل واحد فيهم أتعس من صاحبه، و إلي حد منهم ما يعطيك صرف من عدل. شكراً من عند الإطار الطبي و الشبه طبي و المواطنين على تفانيكم و تطويركم لقطاع الصحة في طونص إلي أصبحت اليابان و فرانسا و إنجلترا غايرين منو. شكراً على الفاسدين إلي رجعتوهم يخربوا في سبيطارات صفاقس، إلي يدخلولك بنت عمك تخدم بلاش مناظرة و يعطيوك السبيطار تقيم فيه حفلات زفاف و يهزوا الملاين من الدوايات من الصيدلية لرواحهم وقت إلي المرضى ما خلطوش عليهم. شكرا على قانون المعدات الثقيلة إلي بدلتوه و عطيتو به الحق لرجال الأعمال و الكناترية يصولوا و يجولوا و يحلوا مصحات في زك المدن الكبار و فيهم معدات طبية ثقيلة من غير إحترام قاعدة الشرط العددي للسكان . شكراً على حالة السبيطارات إلي السقف فيها مقعور، و الجرابع تحوس فيهم، و المعدات ملصقة بالسكوتش و الميزانية ما تسمحش بش تصلحوهم ، أما إلي تلقاو فلوس بش تبدلوا الريدوات الكل متاعهم بStore ألومنيوم. شكراً على « تطوير » الدراسات الطبية، إلي زدتوها عام ثم زوز، في خرق واضح للقانون، و حد ما را. شكراً على دبلوم الدكتوراه في الطب إلي تحبو تنحيوه، خاطر طونس زايدة كرزة على باقي دول العالم و تنجم تنحي الديبلوم المستعرف بيه عالميا و تعوضو بحاجة من الحيط، بلعاني بش تمنع الطبة يخرجوا للخارج و تزيد تنكحلهم تكوينهم. شكراً على الصيدلية المركزية إلي ولات أفرغ من مخاخكم، و إلي كل نهار نسمع بدواء آخر تقطع منها. شكراً على ميزانية الصحة إلي نتصورها قريب تولي أقل من ميزانية وزارة الشؤون الدينية. شكراً على أفكار المشاريع الجبارة كبناء 3 كليات طب جديدة، و احنا الطبة حاليا حايرين فيهم و بالرغم حتى من هروبهم للخارج أما قعدوا فما 10% منهم بطالة. كان نقعد نشكر فيكم على المكتسبات إلي حققتوهم ما نسكتش، و نقعد نشكركم صباحا مساء و يوم الأحد. لذا بش نختم رسالة الشكر متاعي ببيت شعر للأديب جلال بريك : « علاش نسكر أنا ؟        تي مو من زبور أم الهم متع زك أمكم »   Docteur TAKRIZ

رسالة شكر من طبيب تونسي