enseignement


Monsieur le Ministre de l’éducation,      Après la célébration de la Journée mondiale des enseignants, je vous écris, Monsieur, cette lettre qui portera la voix de mes collègues soucieux quant à l’avenir de l’école, surtout depuis que vous avez été nommé à la tête de ce Ministère. J’ai vu hier les vidéos publiées sur la page de la Délégation de l’éducation de Sfax sans oublier les autres villes, où les élèves ont rendu hommage à leurs enseignants. C’était un moment très émouvant qui a permis, au moins, de reconnaître à sa juste valeur l’enseignant et de lui rendre son estime. D’ailleurs, si je n’avais pas consulté mon téléphone, je ne me serais jamais rendu compte de cet événement qui était si fade que personne n’en a parlé dans l’établissement où je travaille, à savoir le lycée secondaire 20 mars 1956 à Saida (gouvernorat de Sidi Bouzid). Je vous ai écouté lors de votre passage sur la Chaine Nationale pour une opération de communication qui, au lieu d’être consacrée aux décisions en faveur de l’école en proposant des réformes conséquentes – ce qui n’a jamais été envisagé –, a produit plutôt l’effet contraire. Hélas vous êtes devenu, suite à vos déclarations, la risée de tout le monde sur les réseaux sociaux. J’ai lu également le communiqué que votre Ministère a publié à l’occasion de la journée mondiale des enseignants. Je vous dis tout simplement que les contre-vérités sont comme la rosée qui disparaît à la première lueur de l’aube.     Ce ministère, qui est incontestablement le plus important, mérite mieux que cela et mieux que vous. Je ne m’attarderai pas sur vos propos disqualifiant à chaque fois ces braves hommes dont le courage, l’honnêteté et l’abnégation maintiennent encore debout cette école décadente et essayent de la redresser malgré les moyens très faibles. « J’étais ahuri, dites-vous, quand j’ai vu des enseignants écrire encore à la craie sur des tableaux ». J’ai pensé immédiatement au projet de votre prédécesseur, c’est-à-dire monsieur Néji Jalloul qui a promis une tablette à chaque élève, celui de la ville comme celui de la campagne. Je rappelle que, jusqu’à maintenant, personne n’a rendu compte du budget qui a été alloué à ce projet « très révolutionnaire ».     Monsieur le Ministre, quel serait donc le degré de votre étonnement si vous rendiez visite à mon établissement ? Les conditions sont lamentables dans cette commune. Vos fonctionnaires (votre délégué en l’occurrence) sont au courant et font la sourde d’oreille. Les syndicalistes ont publié un communiqué dans lequel ils ont informé l’opinion publique de la gravité de la situation. Nous avons entamé aussi une journée de grève le 24 septembre dernier (le collège et le lycée de la commune) sans qu’il y ait la moindre initiative de vos représentants.     La situation devient de plus en plus grave, voire dangereuse en l’absence d’hygiène dans les établissements. A qui incombe la responsabilité ? A vous en premier, à vos prédécesseurs et à la bêtise des politiques ensuite. Vous ne faites […]

Lettre ouverte à Monsieur Hatem Ben Salem, Ministre de l’éducation