politique


Je pense que je suis arrivée à un point de dégoût et de mépris envers ceux qui ne veulent toujours pas nous écouter et sont encore obstinés à nous écraser, que je n’ai plus mais alors là, plus du tout la moindre envie d’argumenter ou d’expliquer mes propos. Autrement dit, fhemetou wala yedekom ! C’est bon ! Basta ! On s’en fout royalement et on vous emmerde en long et en large ! Vous savez quoi ? Nous n’allons plus attendre vos soutiens ni vos  approbations ! Et vous savez quoi ? Crevez ! Ça sera mieux ! Et en silence aman ! Assez de chialer pour des bourdes dont vous êtes les premiers responsables !  Crevez ! Ça sera votre seul vrai sacrifice aux générations futures ! Je suis sérieuse rahou, nous ne voulons plus, mais plus jamais nous voudrions continuer à débattre avec vous, sourds, connards, têtus et trouillards. Oui vous qui nous avez gavés de  » La démocratie « ,  » La constitution »,  » La transition politique « ,  » Le gouvernement d’union nationale « ,  » le consensus mon cul « ,  » La réforme de l’intérieur « ,  » La résistance civique « .  Et quand on vous dit, ils vont nous enculer, vous répondez en balbutiant : Mais elle serait quoi l’alternative ?! Nous n’avons pas le choix ! Vous fermez les yeux et le coeur et vous vous obstinez à rester dans vos repères de perdants et de looser !  Eh bien, l’alternative est que je vous emmerde tous car vous n’allez, de toute façon, pas comprendre. Nous vous avons appelé à soutenir le peuple. Au lieu de ça, vous avez soutenu les partis politiques. Nous vous avons prié de maintenir la pression pour réformer la police, la justice, l’économie, l’éducation, l’environnement … par le terrain et le travail collectif. Vous avez préféré les cafés politiques enfermés à huit-clos à théoriser sur la révolution et à rédiger des manifestes politiques dont personne, à part vous, pourrait deviner l’utilité. Nous vous avons déclaré notre amour de la révolution ! Vous nous avez jeté les pierres de la transition politique ! On vous a tendu la main quand nous avons occupé le Bardo pour sauver ce qui reste à sauver. Vous nous avez tourné le dos sous prétexte de l’urgence vitale d’expulser les islamistes du pouvoir. Et vous avez fait quoi après ? Vous avez troqué notre révolution contre votre passé puant à l’image de vos idéaux moisis.   Nous vous avons pardonné ! Nous vous avons rappeler la Rue et les exigences de s’organiser autrement et sans hérarchie et individualisme. Vous vous êtes moqués de nous ! Vous nous avez traité de révolutionnistes et d’adolescents qui n’ont pas les pieds sur terre ! Et encore une fois, nous vous avons donné une leçon de discipline, d’horizontalité, d’engagement désintéressé et de dévouement infaillible aux revendications révolutionnaires ! #ManichMsamah en est le parfait exemple ! Et vous ? Qu’avez vous fait pour sauver la révolution? Bande de trouillards, de conservateurs, de dogmatiques, […]

#FechNestanew #Mkarza : le dernier coup de gueule !  


La classe politique titube, elle est ivre de pouvoir et d’argent. Remplissant son verre (et contre tous) à grand pot de vin qu’elle se verse dans une bacchanale où s’excitent MAUV-iettes et MAUV-ais. Se servir, plutôt que servir son pays et son peuple, telle est la devise de ces élus déviants, ou devrais-je dire d’Evian, qui font mine-éral d’être des saints-nourriciers. Le politicien ment en toute sincérité de son ignorance et de son incompétence, et il « Satan » à une légitimité validée par les élections et les érections d’un peuple en admiration devant les costards trois pièces qu’aucune presse ne veut tailler, par peur d’être privé de financements opaques, comme le son leurs collants de pute médiatique.    Les politiques,  cons-d’hommes et de femmes, sensés nous protéger, sont perforés, et les réservoirs de la BCT vidés ! Ils ne nous donnent qu’une illusion de Démocratie. S’il faut neuf mois pour mettre bas un bâtard issu de viol, il aura fallu 7 ans pour que la Tunisie se réveille d’une épisiotomie contre-révolutionnaire qui a déchiré tout espoir d’avenir. Le subtil vote utile s’est introduit dans la chair pour lacérer de sa lame rouillée, souillée, vielle de 92 ans, la mémoire de ceux qui sont morts pour la Patrie. Antiquités sorties du formol afin de rassurer la ménagère de plus de 50 ans, la Pro-stat et les pro des stat’ erronés dirigent et s’érigent en sauveurs, violeurs des droits, de l’Homme qu’ils ne sont pas eux-mêmes. Dans cette orgie politique, tout est songe et mensonges : illusion et désillusion d’un électorat désabusé car abusé, baiser de Judas sur le mont tunisien des oliviers où le Tunisien a été livré, pour 50 ducats, à ses créanciers.  Crucifié sur la potence de la maigre pitance, le Tunisien va-t-il renaitre ? Est-ce la résurrection de la Révolution ? La réponse est de savoir si le Peuple va tendre la deuxième joue après la gifle qu’il a reçu en pleine gueule… Tite Souris TAKRIZ

Politique : orgie et trahison